Babacar DIOP, coordonnateur ADK : «Si WADE avait ce comportement, Macky ne serait pas Président

Spread the love

La répression de la marche pacifique, vendredi dernier, de la plateforme Nio Lank Nio Bagn témoigne du recule démocratique dont est victime le SénégaL.

C’est déplorable, selon Babacar Diop, Coordonnateur du mouvement And Dollel Khalifa Sall (ADK)«Un Sénégalais épris de justice ne peut pas accepter cela. Nous ne devons pas avoir des frontières pour tenir des manifestations pacifiques pour étaler nos ras-le-bol. Si Abdoulaye Wade avait ce comportement, Macky Sall ne serait pas président de la République», a déploré, samedi dernier, Babacar Diop, en marge d’un atelier de formation aux jeunes de son mouvement intitulé «conseil national de la jeunesse».  «C’est regrettable. Macky Sall est en train d’enterrer la démocratie au Sénégal. Il est en train d’enterrer les acquis démocratiques qu’on s’est battus depuis les années de l’indépendance. Il est tout sauf un modèle», poursuit-il.

Selon ce khalifiste, ses camarades et lui prendront part aux manifestations à venir. «Notre mouvement est foncièrement de l’opposition. La hausse du prix de l’électricité va se répercuter sur celui  des denrées de première nécessité. C’est ce que l’on ne doit pas accepter. Avec cette conjoncture, les gens souffrent. Nous avons l’impression que Macky Sall se fout éperdument de leurs souffrances», soutient-il.

A en croire cet homme politique qui se fond dans l’idéologie de Khalifa Sall, avant de mener des combats, que ça soit politiques ou de défenses des intérêts des citoyens, il y a un préalable. Il s’agit de former la jeunesse qui est en train de verser dans des invectives et des violences. C’est ce qui explique, d’ailleurs, dit-il, la tenue de son premier conseil de la jeunesse. «L’objet de la rencontre est de sensibiliser les jeunes parce que nous avons tous constaté que la jeunesse a tendance à verser dans les invectives, les violences, etc. Nous avons décidé de conscientiser nos jeunes à l’activité intellectuelle qui doit primer sur tout combat. Tout jeune activiste, politique doit incarner des principes de valeurs», recommande-t-il. «On a connu l’école du parti sous la formation politique des socialistes. Ce système n’existe plus parce que nous n’avons plus de formations politiques dignes de ce nom. Elles sont à l’image des armées mexicaines où chacun vient avec ses ambitions et des missions individuelles. Si nous voulons faire émerger ce pays, nous avons l’obligation de former nos jeunes frères», ajoute-t-il.

Salif KA (dakarchaud.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *