ÉCONOMIE – LA PÊCHE VA MAL A SAINT-LOUIS : Les acteurs s’indignent face à cette situation.(Vidéo)

Spread the love

Ces trois derniers mois à saint louis, la pèche première activité économique de ladite ville connait des difficultés. Face à cette  rareté de l’espèce surtout pendant la période de l’hivernage, cette destruction des toits causée par les agissements de la mer, conjuguait à ce manque de délivrance  des licences de pèches ; la population saint louisienne, plus particulièrement les habitants de la langue de Barbarie s’indignent face à cette situation.

Selon eux, Le chef de l’Etat, le ministre de la pèche, les autorités communales, tous autant qu’ils sont ne s’enquièrent pas à leur situation car ils avaient promis de régler dans les plus bref délais le problème de la brèche cette dernière qui tue et détruit  à vitesse infinitésimale. Presque, tous les pécheurs sont endettés jusqu’au cou car ils empruntent des pirogues à valeurs de cinq à quarante millions et de l’essence pour affronter la mer de la Mauritanie espérant qu’ils allaient faire une bonne saison. Malheureusement ils sont souvent arrêtés par les forces de l’ordre de la Mauritanie et plus écœurant encore ils assistent impuissamment a la confiscation de leur matériels de pêche.

Par ailleurs ces acteurs de la pèche ne sont pas à bout de leur surprise car avec l’apparition du pétrole et du gaz l’Etat délimite  désormais les parcelles autorisées à pêcher et souvent ces des petits espaces ou l’espèce est totalement absent. En outre les dames qui se chargent d’achever les poissons au marché pour les vendre témoignent qu’elles n’ont plus beaucoup de bénéfices car le poisson est trop cher de ce fait les mères de familles préfèrent changer de menu.

De surcroit la rareté des poissons n’est pas sans ricochet dans les autres secteurs économiques de la ville car : S’il n’y a pas beaucoup de poissons les voitures frigorifiques n’effectueront pas de voyages, donc ils ne travaillent pas et par conséquent les électriciens de voitures voient leur domaine d’activité se réduire. « Rien ne marche dans la ville » attestent-ils.

Fatou B. Gueye

Ainsi la population relance un appel solennel au ministre de la pèche de nouer des partenariats avec la Mauritanie afin de pouvoir disposer de leurs licences de pèches, garanties de leur sécurité ; mais aussi et surtout de penser à résoudre le plus urgemment possible le problème de l’embouchure car cette dernière devient de plus en plus mortelle.

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *